Ce poulet grillé servi avec une sauce poireaux et crème, tellement riche et savoureuse, plaira à tous c’est assuré.


La Confession du Gourmet participe à des programmes d’affiliation pouvant apporter compensation advenant un achat de votre part, et ce, sans que ce ne soit plus dispendieux pour vous.  Si vous utilisez mes liens pour un achat, je vous remercie!  Cela finance en partie les recettes gratuites de ce blog.


 

Recette de poireaux béchamel

Je vous propose cette semaine une savoureuse sauce riche et crémeuse d’une belle couleur jaune orangé.

Sa couleur est obtenue avec l’ajout de safran et de poudre de curcuma.

Un vrai délice sur une poitrine de poulet grillé.

Pour la sauce poireaux, vous avez le choix de la cuisiner avec ou sans produit laitier. 

C’est à votre choix, une alternative vous est proposée dans la fiche recette tout en bas de l’article.

Amenez-moi à la recette

J’ai vu votre appréciation des poireaux à travers vos commentaires sur le blog et sur les réseaux sociaux.   C’est vrai que le poireau est délicieux.

Selon mes expériences, il est quand même assez facile à cultiver.

D’ailleurs, c’est le temps de l’année où toutes les gourmettes et tous les gourmets qui ont le pouce vert, pensent déjà à planifier leur potager.

Cette planification m’enchante, j’aime tellement cette façon de créer de la vie dans ma cour! 

D’ailleurs, avec les circonstances actuelles, de plus de plus de gens reviennent à la terre et pensent à cultiver leurs propres légumes. 

À mon avis, c’est l’un des bons côtés de tout ce qu’il se passe actuellement. Je pense à un retour aux sources, autant vers notre belle Gaïa qu’envers notre monde intérieur avec la méditation et le ressourcement.

J’ai donc eu envie de vous parler jardinage cette semaine et de notre légume vedette; le poireau.


Cultiver des poireaux

Il est assez facile de semer des poireaux à l’intérieur durant les premiers mois de l’année et de les repiquer au jardin le temps venu.  

Structure montée et vide du nouveau potager intérieur dans une pièce avec fenêtre
Tomates rouges, tomates vertes et haricots poussant dans le potager intérieur

Personnellement, j’aime partir mes plants moi-même. 

J’apprécie prendre soin de belles verdures, et ce, même s’il y a encore de la neige dehors.

C’est pourquoi nous avons choisi, Mike et moi, d’investir dans un bon éclairage artificiel il y a quelques années.   Nous avons acquis cette lumière en premier et celle-ci par la suite.

Et plus récemment, on s’est procuré une structure de potager intérieur.  Le lien mène vers un produit similaire car la marque que nous avons achetée ne semble plus disponible.  Nous y avons également ajouté un ventilateur.   Mais sachez qu’il existe des kits complets de tente de culture pour simplifier le tout.

Mais en bref, je l’adore!  Dans des bacs de déménagement à moitié rempli de compost et de terre, j’y fais pousser des tomates, des haricots et des pois mange-tout durant l’hiver.

Au moment d’écrire ces lignes, nous sommes à la fin Janvier et j’ai déjà récolté une douzaine de belles tomates goûteuses et bien juteuses.

Mais revenons à nos moutons.

Semis de poireaux

Au Québec, on peut semer des poireaux dans un terreau léger dès le mois de Mars. 

On utilise un vaporisateur ou un arrosoir avec un embout pour faire de la pluie, pour arroser les semis.   Le but est d’obtenir un terreau humide et d’éviter à tout prix de le détremper.

Trop d’humidité dans un terreau froid peut causer une maladie fongique qu’on appelle la fonte des semis.  Elle cause la pourriture très rapide des semis ce qui fait qu’on doit malheureusement tout jeter, désinfecter et recommencer.

En utilisant un terreau pour semis, en plus d’un arrosage modéré, et même d’un dôme transparent pour plateaux à semis, on arrive à éviter ce problème. 

Certains utilisent même un tapis chauffant sous les plateaux.

Plateaux de semis avec dôme transparent et divers pots de semis sur des tables de patio

Une fois repiqués au potager, les poireaux sont des plantes assez gourmandes pour lesquelles il faut envisager un ajout de compost ou d’engrais.

Le compost allège le sol et en augmente sa vie bactérienne, ce qui est fortement désiré. 

On veut un sol abondant de tites bibittes, c’est gage de succès et d’une récolte plus volumineuse.

Contrairement à l’engrais, on pourrait dire que le compost nourrit plutôt le sol que la plante elle-même.

Poireaux vivaces

Dans le cadre de mes recherches sur la culture du poireau, une information m’a littéralement jetée au sol (ouais en bas de ma chaise!).

Une fois bien remise sur mes pieds (non, non merci, ça va, tout va bien), j’ai compris qu’une grande variété de poireaux ne sont pas des plantes annuelles.

Ces poireaux qu’on dit d’hiver, sont des plantes vivaces très rustiques jusqu’à la zone 2 ou 3. 

C’est un peu comme pour la rhubarbe ou les asperges, on les sème une année, mais c’est vraiment à partir de la troisième année qu’on obtient une récolte plus abondante.

À noter que le poireau perpétuel n’est pas la même chose, il s’agirait d’un tout autre type de légume produisant des petits bulbes à sa base.  On consomme surtout son feuillage.

Liste des variétés de poireaux pouvant passer l'hiver au potager
Source : article Pérennisez vos poireaux

Repiquer les poireaux

Et pour ce qui est du meilleur moment où les repiquer au jardin, cela varie selon la zone de rusticité dans laquelle vous vous trouvez.  Vous pouvez voir une carte ici.

Larry Hodgson prétend que l’on peut repiquer les plants de poireaux au jardin de 3 à 4 semaines avant la fin des gels. 

C’est à voir, je n’ai jamais essayé!

Voici donc ce que j’envisage pour mon potager cette année.

Je plante deux fois plus de poireaux que notre besoin actuel (nous avons créé un 3e potager l’été passé, alors ce n’est pas l’espace qui manque).

J’en récolte la moitié à l’automne et je laisse l’autre moitié en terre.  Il semblerait que la plante restera debout tout l’hiver pour former une boule de fleurs (comestibles soit dit en passant) au printemps.

Une fois la floraison terminée, la tige de fleurs dépérit et le plant se divise au pied.   C’est ainsi que la quantité de poireaux augmente.  C’est tu pas beautiful la nature!

La deuxième année, il suffit de récolter une ou deux tiges (de poireaux) par regroupement.   

On laisse les autres en place pour le prochain hiver et pour s’assurer d’un rendement futur, et ainsi de suite.

Poireaux fraîchement sortis de terre dans un bac en plastique
Fleur comestible de la famille des poireaux
Sauce poireaux et crème cuisinée dans une poêle blanche
Début de la recette de sauce poireaux et crème

Quand récolter les poireaux?

Les poireaux supportent bien le froid.  

En fait, ils aiment le froid.

On peut donc attendre que le premier gel arrive avant de les récolter.   

D’ailleurs le froid intensifie leur goût.

Pour les nettoyer, je les fends sur la longueur et je les passe sous l’eau courante.

La teigne du poireau

Si l’envie de cultiver des poireaux vous plaît, sachez reconnaître votre possible ennemi au jardin.

La présence de la teigne du poireau (aussi appelée ver du poireau) est malheureusement abondante dans les jardins du Québec.  La teigne est un petit papillon brun qui a l’apparence d’un petit bout de bois.

C’est un insecte qui se nourrit des tiges d’oignons, des tiges de fleur d’ail, de ciboulette et peut aussi descendre dans le bulbe des poireaux.

Cet insecte est capable de faire des ravages.

Il faut donc agir tôt, dès l’automne, en retirant tout matériel végétal tombé au sol, provenant des poireaux où les insectes adultes peuvent hiverner. 

Remplacer le paillis est aussi une bonne façon de les éliminer pour la saison suivante.

Mais, tout comme pour la culture des choux, la meilleure solution reste le voile flottant anti-insecte posée tôt au printemps.

Ce voile empêche les insectes de pondre leurs oeufs sur les plantes et le problème est plus facilement réglé. 

Tel que démontré dans la photo, on peut utiliser un vieux rideau de type voilage pour créer le tunnel et ça fonctionne aussi. 

Il suffit de trouver des armatures pour les fixer au sol. 

Nous avons utilisé des matériaux de construction en liquidation (armature pour ciment) et les avons coupés et courbés.

Voile formant un tunnel dans le potager de La Confession du Gourmet

Insecticide biologique

Et si vos plants de poireaux sont déjà infestés, que faire?   Combattre avec une bonne bactérie!

En effet, la solution biologique la plus utilisée est l’application d’une bonne bactérie, la BTK (Bacillus thuringiensis kurstaki). 

Elle s’attaque aux larves et n’affecte que les chenilles de papillons et ne touche pas aux autres types d’insectes bénéfiques du jardin.

Par contre, il faut aussi être conscient que, comme pour tout pesticide biologique, il ne faut l’utiliser que sur les plants concernés.  Un usage restreint et ciblé est primordial pour éviter de tuer des chenilles de papillons inoffensifs.

Des traitements répétés peuvent aussi être requis.  Le produit ne peut atteindre l’insecte s’il s’est déjà glissé à l’intérieur des tissus de la plante.  Lorsque l’insecte fera un trou et sera à découvert, le traitement pourra l’atteindre.

La bonne bactérie vaporisée reste en dormance sur la plante ou sur le sol jusqu’à ce que la teigne l’ingère.  Dans le système digestif de la teigne, la bactérie s’active et rend son hôte malade. 

Selon l’insecte nuisible, cela peut prendre de 3 heures à quelques jours avant qu’il ne cesse de se nourrir et meurt.  Il faut donc être patient.

Pour plus de détail sur le BTK, je vous suggère la lecture de cet article.

Emballage de l'insecticide biologique BTK

Sauce poireaux et crème sur poulet grillé

Rien n’est plus gratifiant que de cuisiner ses propres légumes de jardin.  Ils sont goûteux et nous donnent l’assurance que l’on mange un produit sain et biologique.

La recette de sauce poireaux et crème que je vous propose pourrait très bien être servie sur un poisson grillé ou de belles grosses crevettes.

Riche et crémeuse, elle est irrésistible avec sa couleur vibrante qui apporte un peu de joie dans l’assiette!

J’espère que mon partage vous inspirera à cuisiner et à cultiver quelques poireaux au jardin cet été.

Si vous aimeriez partager des trucs de culture avec tous les gentils gourmets lecteurs de ce blog, je vous incite à commenter en bas de page.

Si vous aimez les informations et recettes gratuites que je partage avec vous, partagez cet article avec vos amis en utilisant les boutons de partage.

Et si ce n’est déjà fait, n’oubliez pas de vous inscrire pour recevoir une nouvelle recette sans gluten, sans lactose et sans sucre raffiné à toutes les semaines. Je vous ai ajouté le formulaire d’inscription juste en bas.

Mille mercis pour votre intérêt envers la bouffe santé! ♥

Ne manquez rien! Une délicieuse recette saine par semaine, inscrivez-vous c'est gratuit. 

La Confession du Gourmet aimerait connaitre vos intérêts:

Vous pouvez vous désinscrire à tout moment en utilisant le lien situé en bas de page de chacun de nos courriels. Ici pour voir notre politique de confidentialité. Nous utilisons Mailchimp comme outil marketing. En vous inscrivant, vous acceptez que vos données soient transférées à Mailchimp. Ici pour la politique de confidentialité de Mailchimp.

Imprimer Épingler
5 from 1 vote

Sauce poireaux et crème sur poulet grillé

Une savoureuse sauce riche et crémeuse d'une couleur jaune orangé vibrante par l'ajout de safran et de poudre de curcuma. Un délice sur une poitrine de poulet grillé, avec ou sans produit laitier, au choix.
Catégorie : Plat principal / Sauces et condiments
Cuisine : .Cétogène & faible en sucre / .Paléo (sans grain&prod. laitier)
Préparation 15 mins
Cuisson 40 mins
Total 1 hr 5 mins
Portions 6 portions
Calories 580cal
Cliquez sur les ingrédients rouges disponibles en ligne (liens affiliés)

Ingrédients

Poulet grillé

Sauce poireaux et crème

Directives

Poulet grillé

  • Préchauffer le four à 176˚C / 350˚F. Sur une plaque de cuisson que l'on peut recouvrir de papier parchemin ou d'un tapis en silicone, déposer les 4 morceaux de poulet. Assaisonner de poudre d'ail et de poudre de chili. Verser un filet d'huile sur chaque. Cuire au four pendant 40 minutes ou jusqu'à ce qu'un thermomètre interne indique 74˚C / 165˚F.
    6 poulet - poitrines/blanc de, 1 c. à thé poudre d'ail, 1 c. à soupe poudre de chili, 3 c. à soupe huile d'olive extra vierge

Sauce poireaux et crème

  • Entretemps, dans une poêle moyenne sur feu moyen, fondre le beurre avec l'huile d'avocat (l'huile n'est pas nécessaire si vous utilisez du ghee qui ne contient pas de lactose et ne brûlera pas). Ajouter le poireau haché et l'ail et cuire pendant 5 minutes.
    1 poireau, 2 gousse(s) d'ail, 2 c. à soupe huile d'olive extra vierge, 2 c. à soupe beurre
  • Saupoudrer de farine et mélanger pour faire un roux. Une fois le poireau bien enrobé de farine, ajouter la crème et le bouillon de poulet, mélanger à nouveau.
    2 c. à soupe farine de tapioca, ½ tasse bouillon d'os de poulet, 1¼ tasse crème 35% sans lactose
  • Ajouter le safran et la poudre de curcuma, mélanger et mijoter à feu doux pendant quelques minutes pour épaissir la sauce. Ajouter un peu de bouillon, de crème ou d'eau si la sauce est trop épaisse. Assaisonner seulement au besoin (si votre bouillon n'est pas déjà salé par exemple).
    1 c. à thé safran américain, ¼ c. à thé poudre de curcuma
  • Trancher le poulet et diviser en six parts égales. Servir la sauce sur le poulet accompagné d'une verdure ou d'un riz de chou-fleur. Congeler les surplus au besoin.
Avez-vous cuisiné cette recette?Partagez une photo du résultat avec la mention @LaConfessionDuGourmet ou #laconfessiondugourmet et joignez la troupe des gourmets!

Valeur nutritive par portion (polyalcools non inclus)

Calories : 580cal | Glucides total : 11.13g | Protéines : 45.2g | Lipides : 39.31g | Sel : 322mg | Fibres : 1.3g | Magnésium : 70mg | Glucides nets : 9.8g

Accessoires requis pour cette recette

Plaque de cuisson
Planche
Poêle - moyenne